Ecrit par Alain Lamour • Le 19/03/2015

Aménagement de bureaux et bien-être au travail

L’organisation des espaces de bureaux et leurs aménagements ont-ils un impact sur la satisfaction et le bien-être au travail ? Plus largement, cette qualité de vie au travail est-elle synonyme de plus grande efficacité économique pour l’entreprise ?

Avantages salariés . Bien-être salarié. Motivation salaries. Organisation

L’organisation des espaces de bureaux et leurs aménagements ont-ils un impact sur la satisfaction et le bien-être au travail ? Plus largement, cette qualité de vie au travail est-elle synonyme de plus grande efficacité économique pour l’entreprise ? Pour répondre à cette question, Alain d’Iribarne, directeur de recherches au CNRS et président du Conseil scientifique d'ACTINEO* a mené une vaste enquête qualitative et quantitative en 2013.

L'auteur de “Performance au travail : et si tout commençait par les bureaux ?" (éditions Italiques) a démontré que les actifs établissaient un lien entre l'aménagement du bureau et leur performance économique. Mais déjà, en 2011, une enquête quantitative du neurochirurgien Patrick Georges montrait que des open space inappropriés pouvaient réduire de 50 % les performances intellectuelles et de 37 % la qualité du travail, tout en augmentant le stress de 13 %.

Le bien être au travail, un facteur déterminant

Après avoir longtemps raisonné en termes de coûts immédiats, nombre de chefs d'entreprise se posent aujourd'hui la question de l'aménagement de l'espace de travail sous l'angle du bien être au travail. Un aménagement qui compte d'ailleurs dans le choix des jeunes cadres : il est même déterminant dans la sélection de leur futur employeur pour 40 % des 500 étudiants de l'ESSEC interrogées dans le cadre d'une enquête réalisée par la Chaire Immobilier et Développement durable de l'école de commerce.

L'aménagement de l'espace de travail est un vrai facteur d'attraction des talents

 

« Dans les secteurs concurrentiels, l'aménagement de l'espace de travail est un vrai facteur d'attraction des talents, estime Pascal Riggi, directeur département architecture et design chez CD&B qui se définit comme “transformeurs d'espaces”. L'approche des entreprises change, notamment portée par la nouvelle génération de managers et les nouveaux besoins. Aujourd'hui, notre travail consiste à proposer des solutions adaptées à la culture de l'entreprise. »

CD&B a développé “Workplace Efficiency”, un outil qui permet d'associer les salariés à la conception de leur espace de travail et de mesurer son efficience. L'espace est abordé par son usage, sachant qu'en moyenne un salarié effectue 12 activités différentes au cours d'une même journée.

Pour un open space intelligent

Travailler en équipe, favoriser les collaborations, l'entraide, le partage de connaissances… l'open space répond à ces nouvelles exigences. Mais pas n’importe comment. « Un open space intelligent, plaide Alain d’Iribarne. Pas les immenses plateaux bruyants dont se plaignent les salariés. L'open space intelligent est fractionné en sous-ensembles. À proximité, on trouve des petites salles de réunions en libre accès et des zones de confidentialité dans lesquelles chacun peut s'isoler. » Ce que Pascal Riggi résume par : « compenser le collectif par des espaces plus privatifs ».

Multiplier les lieux d'échange

 

D'autres espaces renaissent à mesure que l'autonomie et la liberté du salarié sont reconnues comme des facteurs de performance, à l'image des cafétérias ou des coins cafés, qui favorisent les échanges. Quant à la créativité, elle est encouragée par des espaces non contraints de type lounge. La multiplication des lieux « permet au gens de les utiliser en fonction de leurs besoins et de leur état d'esprit », indique encore Pascal Riggi.

Reste que ces nouveaux espaces de travail qui misent sur des relations sociales harmonieuses obligent à repenser la hiérarchie, insiste Alain d'Iribarne. « Elle doit se situer au milieu de ses troupes tout en conservant certains attributs du pouvoir ». Plus largement, un nouvel aménagement de bureau est souvent le reflet d'une nouvelle organisation.

Tour d'Europe des bureaux

Selon une enquête menée par Actineo, observatoire de la qualité de vie au bureau, les Allemands et les Français sont les plus traditionnels : respectivement 36 % et 33 % d’entre les employés y disposent d'un bureau individuel. Les Anglais sont les rois de l'open space (73 %). 21 % des Suédois et 17 % des Néerlandais travaillent en bureaux partagées.

Les Hollandais sont les plus satisfaits de leur environnement de travail. Les Suédois apparaissent comme les plus flexibles. C'est en France que persiste le modèle le plus traditionnel.

 *

Enquête réalisée du 24 juin au 1er juillet 2014 auprès de 2 500 salariés des secteurs privé et public travaillant en bureau en Allemagne, au Royaume Uni, aux Pays-Bas, en Espagne et en Suède. Mise en perspective avec une enquête réalisée en France en 2013 auprès de 1 208 personnes. Retrouvez les détails de l'enquête ici : http://www.actineo.fr/article/enquete-europe-actineocsa-2014