Ecrit par Alain Lamour • Le 02/03/2015

Cupidon s'invite au bureau

Près d'un tiers des salariés français (29 %) sont déjà sortis avec un(e) collègue de leur entreprise. 8 % de ceux qui ont succombé à son charme évoque un coup de foudre au premier regard posé sur le (la) collègue.

Avantages salariés . Bien-être salarié. Motivation salaries

Près d'un tiers des salariés français (29 %) sont déjà sortis avec un(e) collègue de leur entreprise. 8 % de ceux qui ont succombé à son charme évoque un coup de foudre au premier regard posé sur le (la) collègue. L'étude 2015 de CareerBuilder sur l'amour au travail montre ainsi que l'univers professionnel peut aussi devenir le paysage d'une romance.

L’entreprise, un site de rencontres

Charme irrésistible du pouvoir ou simple effet des circonstances ? Parmi ceux qui ont eu une aventure au travail, 21% l'ont partagée avec leur patron(ne), et 38% avec un(e) supérieur(e) hiérarchique. 13% des salariés se déclarent attirés par des personnes occupant le même type de poste qu’eux.

Pour autant, le lieu de travail n'apparaît pas comme le cadre idéal pour engager une relation. Les plupart des aventures au travail commencent en dehors du bureau, à l'occasion notamment de soirées entre collègues (21%). Le déjeuner semble également être une occasion de resserrer les liens (16%), suivi du fait de collaborer sur un même projet (7%). La rencontre fortuite en dehors du bureau est évoquée par 6% des personnes interrogées.

19% convolent en justes noces

L'amour au travail - bureau, atelier, magasin, etc.) resterait-il tabou ? On peut le penser puisque 55% des salariés ayant connu cette expérience dans leur entreprise préfèrent la cacher. Il faut dire que dans 30% des cas, il s'agissait d'une aventure extra-conjugale…

Si pour 7% des personnes ayant connu cette expérience, l'histoire se termine si mal qu'elles doivent quitter leur poste, dans près d'un cas sur cinq (19%) les deux tourtereaux finissent par convoler en justes noces.

Décidément, l'entreprise est bien un réseau social !

*

Sondage national mené en ligne en janvier 2015 auprès d’un échantillon de 1 000 salariés à plein temps représentant divers secteurs et tailles d’entreprise.