Ecrit par François Jeanne • Le 22/06/2016

"J'ai parfois des surprises à la caisse du supermarché"

Mon rôle est de suivre toute la comptabilité fournisseurs, les achats, les frais généraux. Je m’occupe également de la comptabilité client, de la saisie des opérations de banque...

Avantages salariés . Bien-être salarié. Alimentation

Christine Vigneres, vous êtes assistante comptable chez Easyteam, c’est bien cela ?

Oui, et ce depuis 24 ans. Je suis toujours restée à l’agence de Toulouse.

D'où votre accent toulousain…

Sauf que je suis Gersoise, en fait ! (sourires)

Expliquez-nous en quoi consiste votre travail au sein de ce service ?

Mon rôle est de suivre toute la comptabilité fournisseurs, les achats, les frais généraux. Je m’occupe également de la comptabilité client, de la saisie des opérations de banque, côté encaissements et côte sorties. Et puis je fais un peu de facturation clients, pour la partie formation de notre activité.

J’ai également à gérer la vie de l’agence toulousaine, donc tout ce qui ressort de l’accueil, de l’ouverture du courrier, de l’arrosage des plantes et jusqu’aux commandes de fournitures de bureau.

Le midi, vous faites partie des personnes qui utilisent la salle commune. Comment cela se passe-t-il concrètement ? Vous achetez des plats tout faits ? Ou vous les avez préparés avant ?

En fait, j’apporte une partie du repas préparé la veille à mon domicile.

Dans ce cadre, à quoi vous servent les Tickets Restaurant® ?

Je les utilise lorsque je fais mes courses dans les magasins alimentaires.

En tant qu’utilisatrice tickets papier, vous arrive-t-il, dans les magasins où vous vous rendez, de vous voir opposer la limite des 19 euros quotidiens, comme la loi l’exige ?

Pas de façon directe en fait. Mais en pratique, la fourniture de tickets est limitée à deux unités, parfois moins. Trois dans des cas extrêmement rare.

En revanche, la partie éligible au paiement - c'est-à-dire l’alimentaire - est bien détaillée sur le ticket de caisse, et c’est cela qui détermine la limite de mon paiement avec les titres restaurant. Du coup, parfois, si je n’ai que 7 euros d’achats alimentaires par exemple, je ne peux même pas donner un ticket.

Par ailleurs, nous ne savons pas toujours quelle partie de nos achats sera effectivement éligible. Ce qui fait qu’à la caisse, c’est parfois la surprise (*)…

Dans le cas que vous évoquez, la Carte Ticket Restaurant®, avec la possibilité offerte de payer au centime d’euros près, ne serait-elle pas un avantage ?

C’est à voir. Je ne me pose pas la question aujourd’hui car j’ai toujours eu la possibilité d’utiliser tous mes tickets papier, au terme d’un exercice. Donc je n’ai pas le sentiment de perdre quelque chose si je ne peux pas payer certains achats avec, puisque j’ai toujours le moyen de les dépenser plus tard.

Merci, et bon appétit !

(*) NDLR : Les enseignes de la Grande Distribution française ont clarifié, en collaboration avec le CTR, la liste des produits alimentaires éligibles au paiement par les titres restaurants. Néanmoins, des différences peuvent subsister entre les chaînes, ce qui explique les « surprises » évoquées ici.