Ecrit par Alain Lamour • Le 22/09/2014

Absentéisme : les chiffres

15,6 jours en moyenne par salarié. Dévoilé par le baromètre Alma CG publié le 3 septembre, le nombre de jours d’absence des salariés du privé reste élevé en 2013, même si l'on observe un léger tassement par rapport à 2012 (16,6 jours).

Ressources Humaines . santé. Temps de travail. Motivation salaries

15,6 jours en moyenne par salarié. Dévoilé par le baromètre Alma CG publié le 3 septembre, le nombre de jours d’absence des salariés du privé reste élevé en 2013, même si l'on observe un léger tassement par rapport à 2012 (16,6 jours). Des chiffres pourtant à relativiser. En effet, le pourcentage de salariés n’ayant eu aucune absence pour maladie, accident de travail, accident de trajet ou maladie professionnelle s’améliore : ils sont 55 %, soit 4 points de plus qu'en 2012.

En revanche, la facture de l'absentéisme a été plus “salée” en 2013 que l'année précédente. Conséquence possible d'équipes plus resserrées, le remplacement des absents  a été plus fréquent, et a alourdi les charges des entreprises de 1,7 %. Soit un coût total en terme de masse salariale qui s’élève à 8,8 milliards d'euros, contre 6,98 milliards d’euros en 2012.

Quels sont les principaux secteurs touchés par l'absentéisme ?

  • Le transport arrive en tête avec le plus fort taux d’absentéisme (6,76 %, soit 24,7 jours d’absence en moyenne, contre 4,92 % en 2012)
  • Dans la santé, le chiffre atteint 5,9 %, contre 5,37% en 2012.
  • Le bâtiment (2,95 %) et l’industrie (3,43 %) restent stables, à un niveau sensiblement inférieur à celui de la moyenne nationale.

 Les autres chiffres-clés :

Les régions Méditerranée (6,44 %) et Rhône-Alpes (5,21 %) restent les « championnes » de l'absentéisme. Les ouvriers demeurent les plus absents (4,4 %), avec un taux de remplacement de 93 %. Par ailleurs, le taux d'absentéisme moyen des plus âgés est plus élevé que celui des moins de 30 ans, car leurs absences sont plus longues.

Enfin, le baromètre 2013 établit une corrélation très forte entre la taille des équipes et le taux d’absentéisme : plus les équipes sont nombreuses, plus le taux d'absentéisme est élevé…

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter cet article paru dans Les Echos.