Ecrit par François Jeanne • Le 25/11/2015

Entretien professionnel : le 6 mars 2016, il sera trop tard - ou presque

Un entretien professionnel tous les deux ans. Et pour les salariés présents dans l’entreprise depuis au moins deux ans, l’obligation pour l’employeur d’avoir fait passer une première vague d’entretiens avant le 6 mars 2016.

Ressources Humaines . Formation. Organisation. Reconnaissance

Un entretien professionnel tous les deux ans. Et pour les salariés présents dans l’entreprise depuis au moins deux ans, l’obligation pour l’employeur d’avoir fait passer une première vague d’entretiens avant le 6 mars 2016. Voilà, en substance, la nouvelle obligation créée par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation, à l'emploi et à la démocratie sociale.

Les nouvelles obligations

Ce texte contraignant cache une volonté du législateur : permettre au salarié de devenir acteur de son évolution professionnelle. C’est pourquoi, au-delà de l’urgence pour les services RH de réaliser les premiers entretiens – à bien différencier des entretiens d’évaluation, ils devront également les inscrire dans un bilan de parcours à six ans. En effet, à partir du 6 mars 2020, l’entreprise de plus de 50 salariés devra pouvoir prouver, pour chacun de ses collaborateurs :

D’une part qu’il a bien eu trois entretiens sur la période,

D’autre part qu’il a bénéficié d’au moins deux actions sur trois parmi les suivantes :

  • Une formation,
  • Une démarche de certification,
  • Une progression salariale individuelle ou professionnelle.

En cas de manquement à ses obligations, l’employeur devra abonder le Compte Personnel de Formation (CPF) du salarié d’un montant compris entre 3,000 (salarié à plein temps) et 3,900 euros.

Les sujets de l’entretien professionnel

Alain Fernandez, consultant en ingénierie pédagogique et formateur chez Comundi, donne les conseils suivants :

« Pendant l'entretien professionnel, il faut notamment aborder :

  • Les souhaits et besoins de formation du salarié, et leur financement (CPF, plan de formation, ou conjoint),
  • Les souhaits ou propositions de mobilité (géographique et fonctionnelle) du salarié,
  • Les souhaits de congés de formation du salarié (CIF, VAE ou Bilan de Compétences)

(…) Sur un plan plus formel, l’employeur veillera également à :

  • Envoyer une lettre recommandée avec AR à tous les salariés pour leur demander s'ils souhaitent avoir leur entretien professionnel, et si oui, s'ils veulent en bénéficier avant le 6 mars ou au cours de l'année 2016,
  • Aider chaque salarié à préparer son entretien,
  • Dédier une équipe RH pour aider les managers à boucler tous les entretiens, tout en menant avec eux une réflexion sur les parcours professionnels de l'entreprise et les besoins de compétences.
  • Recueillir les comptes rendus d'entretiens signés par les salariés afin de constituer leur dossier ».