Ecrit par Loizaïck • Le 27/04/2020

Quelles sont les alternatives au perchloroéthylène ?

Le perchloroéthylène est un solvant couramment utilisé dans les pressings pour le nettoyage à sec il y a encore une dizaine d’années. Problème : celui-ci se révèle être cancérogène, et sera donc interdit dans certains pressings d’ici 2022 en France. Quelles sont les alternatives à son utilisation ?

RSE . Economie. Management. dematerialisation

Qu’est-ce que le perchloroéthylène ?

À quoi sert-il ?

Le perchloroéthylène, aussi appelé tétra-chloréthylène, est un composé organique volatil (COV), couramment utilisé dans le nettoyage à sec, mais aussi pour le nettoyage et le dégraissage de certains métaux dans l’industrie automobile, ou encore dans la composition de produits pour nettoyer les peintures. Il est utilisé en tant que solvant, c’est-à-dire associé à d’autres substances, dans le but de les dissoudre ou les diluer. 

Pourquoi et comment est-il utilisé dans les pressings?

Le perchloroéthylène  est utilisé à la place de l’eau en raison de son action nettoyante associée à d’autres composés, dans le cadre du nettoyage à sec. En effet, il permet d’aider au dégraissage et à enlever certaines tâches. Au fil des années, il a cependant cessé d’être utilisé par de nombreux établissements de nettoyage, en raison de ses effets néfastes sur la santé et sur l’environnement, confirmés par plusieurs études scientifiques. En 2012, pas moins de 90% des pressings français utilisaient du perchloroéthylène. En France, dans les teintureries, son utilisation est réglementée par le Code du travail, et des dispositions relatives aux agents chimiques dangereux (articles R. 4412-1 et suivants) s’y appliquent. 

Santé : quels sont les dangers du perchloroéthylène ?

Les effets sur la santé

Le perchloroéthylène  peut être absorbé par inhalation, par voie orale (ingestion) et via la peau s’il est sous forme liquide. Il peut avoir des effets néfastes et est toxique pour le système nerveux ainsi que pour les reins. Concrètement, une exposition à cette substance peut causer une irritation des voies respiratoires, notamment lors de l’ouverture des hublots des anciennes machines de nettoyage à sec, d’où les vapeurs s’échappaient, mais aussi des vertiges, des nausées, des maux de tête et des pertes de mémoire, ainsi qu’une somnolence. À forte exposition, les effets peuvent aller jusqu’à la perte de connaissance, et dans de très rares cas, la mort.

Le risque cancérigène : un cancérogène avéré par des études 

Plusieurs études mettent en lien l’utilisation du perchloroéthylène dans des entreprises de nettoyage à sec et l’apparition de cancers. Parmi elles, un cas en Caroline du Nord, aux États-Unis, où une occurrence de cancers a été détectée à la suite de l’inhalation de composés volatils par des employés, dont du perchloroéthylène. À l’échelle mondiale, le CIRC, le Centre international de recherche sur le cancer, classe le perchloroéthylène parmi la liste des cancérogènes du groupe 2A, c’est-à-dire « probablement cancérogènes pour l’homme ». À titre indicatif, il existe 5 niveaux de classement, allant de 1 (cancérogènes) à 4 (probablement pas cancérogène), le 2A étant le deuxième plus élevé.

Y a-t-il des normes et réglementations concernant le perchloroéthylène ? 

Que dit la loi en France : vers une interdiction progressive en 2022 

En France, le perchloroéthylène est référencé dans le tableau 12 RG des maladies professionnelles, au titre d’une intoxication au dichlorométhane ou d'autres dérivés halogénés des hydrocarbures aliphatiques, dans le cadre de travaux de nettoyage des vêtements et tissus. D’ici le 1er janvier 2022, la France impose une interdiction totale de l’utilisation du perchloroéthylène dans les pressings ayant des locaux contigus à des habitations, la substance étant très volatile et pouvant traverser murs et planchers. Concrètement, les machines utilisant cette substance devront être remplacées. À priori, cette mesure ne concerne donc pas les pressings situés dans les zones commerciales. Pour ces enseignes, une limite maximale de concentration de perchloroéthylène dans l’air est cependant imposée. Depuis 2012, date de publication du décret, il est également interdit d’ouvrir une enseigne utilisant ce solvant. 

La réglementation européenne 

Dès 1999, l’Union Européenne entamait une politique de réduction des émissions de ce type de composés volatils, en instaurant une limite de vêtements exposés aux émissions de perchloroéthylène. Cependant, à cette époque, aucun pays n’en interdisait encore l’usage. Depuis le début des années 2000, aux yeux de l’Union Européenne, le perchloroéthylène est considéré comme « nuisible à la santé » et « dangereux pour l’environnement ».  Il est classé dans la catégorie 3 des cancérogènes, c’est-à-dire celle des « substances préoccupantes pour l’homme en raison d’effets cancérogènes possibles ». 

Vers quelles alternatives se tourner ?

Le nettoyage à l’eau

Pendant longtemps, les solvants ont remplacé l’eau dans les pressings. Ces dernières années ont vu apparaître le nettoyage à l’eau, ou aquanettoyage, qui permet de nettoyer les vêtements sans abîmer les fibres grâce à l’eau et les lessives biodégradables, en utilisant des machines aux réglages spéciaux (température, vitesse de rotation du tambour, etc.) Ce type de nettoyage utilise moins de produits de type lessive, et surtout aucun produit toxique, contrairement au nettoyage à sec. Les pressings utilisant le nettoyage à l’eau ne sont donc pas soumis à la réglementation de 2012 citée plus haut. 

Les solutions et produits naturels : pressings dits « écologiques » 

Ce type de pressing fonctionnant au nettoyage à l’eau n’utilise pas de solvants chimiques volatils et toxiques pour l’homme tels que le perchloroéthylène, et n’émet donc pas de substance polluante dans l’air. Ces pressings écologiques obtiennent les mêmes résultats en termes de performance et de respect de la qualité des vêtements. Seul souci : ils sont de grands consommateurs d’eau… En dehors du nettoyage à l’eau, il existe également un procédé de nettoyage au CO2 liquide, dangereux en raison de sa difficulté de stockage, ou bien à l’aide de solvants dérivés du pétrole ou du silicium (silicone D5). Ils sont cependant polluants et donc considérés comme moins écologiques que le lavage à l’eau. 

Ce que nous faisons chez CleanWay 

Chez Cleanway, nous œuvrons pour proposer un service de nettoyage respectueux de l’environnement, sans être néfaste pour la santé des clients ou des employés de l’entreprise. Pour tous vos vêtements professionnels et tenues de travail, nous vous proposons des solutions de nettoyage et d’entretien adaptées à vos besoins. 

À la suite de la mise en avant des risques toxiques de l’utilisation du perchloroéthylène sur l’homme et son environnement, des alternatives de ce solvant ont été trouvées pour permettre aux pressings de continuer à nettoyer vos vêtements personnels et professionnels sans mettre en péril votre santé ou celle des employés. 

Quelles sont les alternatives au perchloroéthylène ?