Ecrit par Alain Lamour • Le 16/10/2015

Les employés en ont plein le dos

Le saviez-vous ? Depuis 2012, le 16 octobre est la journée mondiale de la colonne vertébrale. Car le mal de dos constitue aujourd’hui un vrai problème de santé publique.

Avantages salariés . Bien-être salarié. Santé. Handicap

Le saviez-vous ? Depuis 2012, le 16 octobre est la journée mondiale de la colonne vertébrale. Car le mal de dos constitue aujourd’hui un vrai problème de santé publique. Selon des chercheurs américains et australiens qui ont compilé les statistiques de 187 pays, 9,4 % de la population mondiale en souffre. L'Europe occidentale figure parmi les régions du monde les plus touchées.

30 millions de journées d'arrêts de travail

Une étude réalisée à partir des mêmes statistiques montre que les lombalgies constituent l’origine d’un tiers des invalidités dues au travail. En France, elles provoqueraient 30 millions de journées d'arrêts de travail, d’après l'INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) qui a publié un guide pour aider les employeurs à prendre en charge cette affection et garantir la santé des travailleurs.

Un lien direct entre inactivité et état chronique

L'on y apprend que la lombalgie n'est pas une maladie mais un symptôme, et qu'il existe un lien direct entre la durée de l'inactivité et le passage à la chronicité du mal. D'où l'importance de proposer un cadre de travail adapté aux salariés en souffrance, la protection de leur santé faisant partie des responsabilités de l'entreprise.

La démarche de l'INRS s'appuie sur quatre principes :

  • éliminer ou réduire les facteurs de risque, notamment en intégrant la prévention des lombalgies dans la démarche globale d'évaluation des risques ;
  • comprendre, expliquer pourquoi et comment il faut bouger ;
  • inciter l'entreprise à s'engager ;
  • évaluer l'action de l'entreprise.

Le cadre vert

Pour cela, l'INRS a conçu le cadre vert, une méthode qui permet à l'entreprise d'aider le salarié qui souffre de mal de dos à revenir le plus tôt possible au travail. Comment ? D'une part, en fixant les limites des contraintes qu'il peut supporter. D'autre part, en assurant les conditions de son retour à un poste lui permettant de bouger normalement. Chaque entreprise adapte son cadre vert à ses spécificités, notamment en faisant participer les services de santé au travail, les délégués du personnel et le CHSCT.

Retrouvez le guide de l'INRS : http://www.inrs.fr/media?refINRS=ED%206087