operation-gain-temps

Ecrit par Romane • Le 27/01/2015

Usagers et agents : question de tempo

La question du temps de travail est un thème plus que jamais d’actualité. Relèvement de l’âge de départ à la retraite, travail du dimanche, révolution numérique, de nombreux faits tendent à la transformation du travail. Qu’en est-il dans les collectivités territoriales ?

Avantages salariés . Avantages sociaux. Temps de travail. Secteur public

La question du temps de travail est un thème plus que jamais d’actualité. Relèvement de l’âge de départ à la retraite, travail du dimanche, révolution numérique, de nombreux faits tendent à la transformation du travail. Qu’en est-il dans les collectivités territoriales ? Les horaires administratifs sont-ils en phase avec les besoins des usagers ? Comment la gestion du travail est-elle abordée par les managers territoriaux et à quels défis se retrouvent-ils confrontés ? Autant de sujets qui ont été abordés et débattus lors des ETS 2014. Vidéo et synthèse.

La perception du travail aujourd’hui

 

À la recherche de compromis

Ces dernières années, la perception du travail a largement évolué. D’abord, la recherche du fameux équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle a contribué à l’essor de la question de la dé-standardisation des temps de travail. Ensuite, la féminisation du monde du travail et, avec elle, l’émergence de nouveaux modèles familiaux, mais aussi la mobilité, ont elles-aussi bouleversé la relation des individus au travail.

Les agents nourrissent aujourd’hui de grandes attentes dans leur travail et peuvent tomber dans un véritable mal-être si celles-ci ne sont pas prises en compte.

C'est ce qu'a rappelé Patricia Vendramin, codirectrice du centre de recherche de la fondation travail-université, et professeur invitée à l’université de Louvain-la-Neuve.

      Un système paradoxal ?

Auparavant, notre perception du travail était cantonnée aux horaires ou plages de travail. Aujourd’hui, on considère le temps de travail d’un côté et le temps personnel de l’autre : on prend de la distance par rapport à la place du travail dans notre vie. La nouvelle génération notamment ne considère plus le travail comme une fin en soi, mais comme un moyen de vivre en préservant sa vie personnelle. Les outils numériques modifient la donne. Les cadres ont vu leur charge de travail s’intensifier de manière inquiétante… tout en reconnaissant bénéficier d’une plus grande liberté dans l’organisation de leur temps. Le dernier baromètre Edenred/Ipsos confirme la vision plutôt positive des individus quant aux nouveaux outils numériques.

Des points de discussion…

 

Le rapport au temps

Les élus sont dans une temporalité d’immédiateté et de réactivité extrêmement forte alors que l’administration, elle, se situe d'abord dans le possible et donc dans une temporalité plus longue. Les usagers quant à eux sont plus exigeants, notamment en termes de temps de réponse. Par ailleurs, les grandes enquêtes européennes montrent que les cadres sont les personnels les plus touchés par le manque de temps. À cela s’ajoutent souvent les inévitables « imprévus » qui grignotent le temps de travail. L’urgence devient une caractéristique majeure des environnements de travail.

Pas facile d'être un manager aujourd'hui !

Comme tout problème, le mécontentement des agents sur les questions de temps de travail remonte aux managers intermédiaires qui doivent essayer d’y répondre… rapidement ! Mais eux non plus ne sont pas forcément bien équipés pour faire face aux questions d’optimisation de l’organisation du travail. D’où la nécessité de les former, tout en prenant en compte le décalage qui existe entre la théorie et la pratique. Pas facile d’être un manager aujourd’hui…

…et des solutions

 

Des nouveaux modèles horaires

Travail le dimanche ou le samedi, ouverture décalée, de nouveaux modèles horaires peuvent être envisagés. Mais changer les heures de travail revient à bousculer les équilibres de vie des agents. Il faudra ainsi veiller à donner du sens au changement afin qu’il soit le mieux perçu possible.

Concilier l'individuel et le collectif pour réussir ensemble

Dans un souci constant d’amélioration des conditions de travail, la solution peut consister à aller vers plus d’individualisation du travail, tout en l’inscrivant dans une dynamique cohérente avec les besoins du service et des usagers. Comme le rappelle Michel Namura, directeur général des services (DGS) de la Ville de Montreuil « on doit concilier l’individuel et le collectif pour réussir ensemble ».

La place de l’usager

La démocratie locale implique une part d’expression directe de l’usager. Il faut travailler au meilleur équilibre entre le temps d’ouverture et le temps de travail des agents. Placer l’usager au cœur de l’organisation du travail est donc nécessaire mais nécessite un cadre respectueux des contraintes et des moyens plus que jamais resserrés, de l’administration.

Besoin de souplesse

Pour faire face aux défis de l’administration, il faut de la plasticité, et donc que l’organisation soit évolutive et adaptable. Pour autant les agents ont besoin de repères visibles. Concilier plasticité et besoin de concret des personnels constitue l’un des principaux enjeux du management intermédiaire, à condition toutefois qu’il dispose des marges de manœuvre nécessaires.

Des nouvelles technologies qui doivent trouver leur place

E-santé, smart cities, état civil via smartphone, l’émergence de services numériques peut être vue comme une aubaine. Il faudra néanmoins veiller à respecter une relation qui doit demeurer humaine entre les agents et le public.

*

Et dans le milieu hospitalier, ça se passe comment ?

 

La masse salariale représente près de 70 % des dépenses d’un établissement hospitalier. La question de la gestion du temps se pose donc de manière prégnante. Tous les établissements sont mobilisés sur la nécessité de recentrer le travail sur les usagers. Des réflexions sont en cours pour optimiser les ressources et dégager du temps.« Il faut être réaliste, les moyens n’augmenteront pas, et nous devons donc nous interroger sur notre propre organisation. Chaque unité doit trouver la meilleure organisation pour le patient. La FHF propose notamment de renégocier le temps de travail en réduisant le nombre de jours de RTT à 15 par an », indique Nadine Barbier, adjointe au délégué général, responsable du pôle ressources humaines, Fédération Hospitalière de France (FHF).