Ecrit par Faustine Aziavi (Sarah Darmstadter) • Le 13/11/2014

Rire pour sensibiliser au handicap en entreprise

Très engagé sur le sujet du handicap, Edenred est partenaire depuis trois ans de la websérie J’en crois pas mes yeux, et a accueilli le tournage de sa cinquième saison.

RSE . Handicap. Discrimination

Très engagé sur le sujet du handicap, Edenred est partenaire depuis trois ans de la websérie J’en crois pas mes yeux, et a accueilli le tournage de sa cinquième saison au sein de ses locaux, à Malakoff. L’occasion de rencontrer Jérôme Adam, co-producteur de la série.

Créer du lien grâce à l’humour, plutôt que de victimiser les personnes handicapées

Manager Attitude : Bonjour. Pourriez-vous m’expliquer comment vous est venue l’idée de la websérie J’en crois pas mes yeux ?

Jérôme Adam :  L’idée de départ est toute simple : souvent, face au handicap ou, plus largement, à la différence, on se sent maladroit et l’on ne sait pas comment se comporter. L’idée est donc née de la volonté de rire autour de gaffes, afin de lever ce sentiment de maladresse, et de créer du lien grâce à l’humour, plutôt que de victimiser les personnes handicapées et de pointer du doigt les gaffeurs.

M.A. : Quelle est votre source d’inspiration ?

J.A.: La principale source d’inspiration, ce sont les témoignages des collaborateurs des entreprises partenaires. Nous nous nourrissons aussi de la littérature sur ces sujets : la charte de la diversité et les critères de la Halde1 ont ainsi guidé l’écriture de la saison 5.

M.A.: J’en crois pas mes yeux : d’où vous est venu ce nom accrocheur ?

Les actions de sensibilisation au handicap en entreprise ne manquent pas !

J.A: La série portait à l’origine sur les handicaps visuels, mais l’idée n’était pas forcément de faire un jeu de mots sur ces derniers. Ce titre a été choisi pour jouer sur l’étonnement devant le nombre de situations cocasses que le handicap peut susciter, et le décalage entre, d’une part, ce qui peut être perçu comme une gaffe et, d’autre part, ce qui fait rire et peut permettre de rassembler.

L’idée du titre J’en crois pas mes yeux, c’est donc de jouer sur l’étonnement. C’est aussi une référence au support audiovisuel.

M.A.: Dans quelle mesure votre projet contribue-t-il à faire changer le regard que les gens portent sur le handicap, notamment en entreprise ?

Les actions de sensibilisation au handicap en entreprise ne manquent pas. En général, les collaborateurs se déplacent peu, en dehors de ceux qui sont directement concernés par le sujet. L’objectif de J’en crois pas mes yeux, a contrario, est de surprendre les gens en les faisant rire autour d’un sujet qui peut ne pas les concerner au départ, pour pouvoir les inviter à en parler ensuite. Je crois que nous avons réussi : nous avons de nombreux retours de partenaires avec des statistiques de diffusion encourageantes. Par exemple, la page consacrée à J’en crois pas mes yeux est la plus consultée de l’intranet d’Edenred.

M.A.: Comment expliquez-vous cet engouement ?

Surprendre les gens pour les inciter à s’intéresser à des sujets qui ne les concernent pas au départ.

J.A. : Il suppose d’être un minimum « moteur » : chez Edenred, la DRH avait envoyé un e-mail aux collaborateurs avec en objet « J’en crois pas mes yeux ! ». Quand on reçoit un e-mail de son DRH avec un tel objet, on a tendance à l’ouvrir ! C’est exactement la philosophie de J’en crois pas mes yeux : surprendre les gens pour les inciter à s’intéresser à des sujets qui ne les concernent pas au départ. Certaines entreprises partenaires ont diffusé des épisodes en comité de direction, alors que la diversité ou le handicap n’étaient pas du tout à l’ordre du jour, ce qui a permis d’aborder ces sujets. D’autres ont réalisé des animations événementielles en interne – par exemple, chez Capgemini, des stickers ont été collés sur tous les miroirs des toilettes… Avec un minimum d’implication, la série touche efficacement les collaborateurs.

M.A. : Comme Edenred, de plus en plus d’entreprises souhaitent sensibiliser leurs collaborateurs au handicap. A quelle(s) condition(s) peuvent-elles devenir partenaires de J’en crois pas mes yeux ?

Nous n’avons pas de critère particulier, si ce n’est que toutes les entreprises partenaires doivent respecter la charte d’utilisation des épisodes, qu’elles les utilisent en interne ou sur leurs réseaux sociaux, en mettant en avant le programme commun. Chaque entreprise a contribué de la même façon à ce programme : il y a un « ticket unique » de financement, et il s’agit en quelque sorte d’un financement participatif puisque nous mettons en commun les participations des entreprises. Avec l’ensemble de ces participations, nous nous chargeons de créer la série. Plus il y a de partenaires pour une saison, plus nous pouvons réaliser d’épisodes et communiquer sur le web, et plus les entreprises sont gagnantes.

1 : Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité. Dissoute en 2011, ses missions ont été transférées au Défenseur des droits.

Le site de J'en crois pas mes yeux : http://www.jencroispasmesyeux.com