Ressources Humaines

Le développement de l’intermodalité révolutionne la mobilité des salariés

Suite à la crise sanitaire, les employeurs doivent s'adapter en proposant une prise en charge des trajets domicile/travail pour les salariés se rendant sur site.
#Multimodalité
09 avril 2021
developpement- intermodalite

En 2020, 32 % des salariés des grandes villes ont changé leur moyen de déplacement pour se rendre au travail (1) entre autres à cause de la crise sanitaire. Ce sont des changements de comportements que l’employeur doit prendre en compte, notamment au travers de la prise en charge des trajets domicile/travail. 

 

Un transfert d’usage des transports en commun vers les mobilités douces 

Mode privilégie de déplacement dans les grandes villes, les transports en commun français ont vu leur utilisation diminuer lors du déconfinement. En effet, la moitié des salariés citadins a souhaité changer de moyen de transport. Cette évolution est due non seulement à la crainte de la contamination, mais aussi à de nouvelles habitudes qui ont été prises lors du confinement. 

L’alternative la plus prisée est le vélo (30 %), mais les autres mobilités douces gagnent aussi du terrain, faisant augmenter l’intermodalité (consiste à utiliser plusieurs modes de transport au cours d'un même trajet). La micro-mobilité, utilisant les engins de déplacement personnel comme par exemple les trottinettes, gyropodes et autres hoverboards, connaît aussi un véritable engouement, surtout auprès des usagers dans le cas des trajets sur des distances courtes. Parallèlement à la location de vélos à assistance électrique, de nouvelles sociétés mettent ainsi à disposition des trottinettes électriques (comme Vianova à Paris) (2). 

Qu’il s’agisse de vélos ou d’engins de déplacement personnel (EDP), l’employeur peut en financer l’acquisition ou la location. Ticket Mobilité permet ainsi de verser le Forfait Mobilités Durables pour acheter une trottinette ou un vélo, qu’ils soient électriques ou non. Le Forfait Mobilités Durables, mis en place en mai 2020, peut atteindre jusqu’à 500 € par an et par salarié. En dehors du Ticket Mobilité, le salarié peut également se faire rembourser 50 % d’un abonnement de transport : soit une carte de transports en commun, soit un abonnement à un service public de location de vélos. Ces multiples possibilités permettent le développement de l’intermodalité, puisque le collaborateur peut financer ainsi plusieurs moyens de transport. 

Aujourd’hui, posséder un véhicule personnel n’est donc plus un paradigme de base, notamment pour aller travailler. Là où la voiture était un incontournable, des solutions hybrides se développent, notamment pour faire face à la saturation des axes routiers et des stationnements. Le salarié envisage de plus en plus la location de son véhicule. Il peut avoir recours aux services d’autopartage qui consistent à utiliser une voiture quelques heures par jour, ou de covoiturage. Un véhicule en autopartage remplace 5 à 8 voitures personnelles et libère 1 à 3 places de stationnement (3). C’est pourquoi ces solutions sont aussi finançables grâce au Ticket Mobilité, à travers le Forfait Mobilités Durables. En effet, autopartage et covoiturage (en tant que conducteur ou passager) sont éligibles au versement du forfait. 

Quel que soit le moyen de transport choisi, l’intermodalité comme la multimodalité se développent. Le collaborateur peut utiliser, dans la même journée, l’autopartage, un vélo ou un EDP et les transports en commun, pour se rendre au travail, chez un client ou circuler entre deux sites de son entreprise. L’intermodalité permet de diminuer le recours à la voiture, notamment dans les couronnes urbaines où les aménagements du territoire se multiplient. Le salarié rejoint un parking de stationnement relais pour utiliser ensuite le bus, le métro ou un autre véhicule. 

 

L’intermodalité ou le concept de mobility as a service 

De plus en plus, les collaborateurs utilisent donc plusieurs moyens de déplacement pour leurs trajets quotidiens, en alternative à la voiture individuelle. Cette mutation est possible, car l’offre de transports dans les grandes villes se déploie : bus, tramway, métro, vélo… Il peut désormais aller à vélo ou à trottinette jusqu’à une station de métro ou un arrêt de bus, puis poursuivre son trajet jusqu’à l’entreprise ou au domicile. Près d’un tiers des Français choisissent ainsi leur moyen de transport en fonction des circonstances (4). 

Leur problème majeur réside souvent dans l’information : la moitié des personnes trouvent qu’elles ne sont pas bien informées (5) sur les modes de déplacement à leur disposition dans les alentours. Comment décider de prendre le bus ou le métro si on ignore les horaires et si la ligne dessert le domicile ou le travail ? Avec le développement de l’open data et l’ouverture des données publiques des opérateurs de mobilité, ce déficit d’information est en train de se résoudre. Les collectivités et notamment les communautés d’agglomération ou les métropoles qui sont les autorités régulatrices de la mobilité sur leur territoire sont souvent les moteurs.  

Le concept de Mobility as a service (MaaS) s’est en effet emparé de ces données publiques pour faciliter l’accès à l’information. Venu de Finlande, ce principe consiste à disposer d’une seule application (et moyen de paiement) pour son trajet, quel que soit le mode de transport utilisé : bus, métro, train, trottinette, vélo… L’avantage du MaaS est de simplifier et de sécuriser le paiement, tout en facilitant l’intermodalité. Le collaborateur peut changer de véhicule au gré de ses besoins, de ses déplacements, de ses horaires… Le développement de cette intermodalité nécessite néanmoins la mise en œuvre d’infrastructures permettant de changer facilement de moyen de transport : ainsi, la gare ferroviaire donne aussi accès à des bus, des vélos, une station de covoiturage… 

 

La crise sanitaire a accéléré l’évolution des déplacements pour se rendre au travail. Même si la voiture individuelle reste encore majoritaire (près de 40 %) (6), les transports en commun et les moyens de locomotion alternatifs prennent de plus en plus de place.  

 

1    https://www.alliancy.fr/entreprises-repensent-durablement-politique-mobilite
2    https://www.alliancy.fr/vianova-pour-une-mobilite-plus-durable
3    https://lyko.blog/le-marche-de-lautopartage-en-france-infographie-chiffre-etude/
4    https://www.bouygues-construction.com/blog/fr/nos-innovations/mobility-service-transport/
5    https://lyko.blog/comment-le-maas-peut-il-revolutionner-la-mobilite-en-2021/
6    https://blog.worklife.io/etude-mobilite-salaries/