RSE

Les solutions zéro déchet pour contribuer à la stratégie RSE

La responsabilité sociétale de l’entreprise ou RSE consiste à intégrer, dans ses activités, des préoccupations sociales et environnementales.
#ticket restaurant #ecologie #zéro déchet
20 septembre 2021
strategie-RSE-gestion-dechets

La responsabilité sociétale de l’entreprise ou RSE consiste à intégrer, dans ses activités, des préoccupations sociales et environnementales. L’objectif est de contribuer au développement durable, d’avoir un impact positif sur la société tout en étant économiquement viable. La gestion des déchets en entreprise s’envisage de plus en plus au-delà des contraintes réglementaires. Il s’agit d’une véritable stratégie qui permet aussi la création de valeur.

 

Pourquoi optimiser la gestion des déchets en entreprise ?

 

Pour respecter les obligations réglementaires

L’objectif zéro déchet est une démarche destinée à éviter le gaspillage tout en limitant le volume des déchets produits par la société. Au niveau de l’entreprise, il s’agit principalement de les réduire, notamment grâce au recyclage.

L’optimisation des déchets en entreprise n’est pas nouvelle. Dès 1972, l’OCDE adopte le principe de pollueur-payeur, qui sera inscrit par la France dans le Code de l’environnement par le biais de la loi Barnier, en 1995.

La directive-cadre européenne sur les déchets de 2008, actualisée en 2018, détermine les objectifs de collecte et de recyclage pour les sociétés, en fonction de leur taille et de leur secteur d’activité. Le décret du 10 mars 2016, dit « 5 flux » (bois, plastique, métal, verre, papier) a fixé une obligation générale de tri à la source pour :

  • toutes les entreprises recourant à un prestataire privé pour l’enlèvement des déchets ;
  • toutes celles qui produisent plus de 1 100 litres de déchets hebdomadaires lorsque la collecte est assurée par le service public.

L’objectif de ce tri par les entreprises est de permettre la collecte séparée pour les déchets provenant des 5 matériaux concernés.

En 2020, la loi antigaspillage pour une économie circulaire (n° 2020-105 du 10 février 2020) renforce la responsabilité élargie des producteurs et le principe de pollueur-payeur. L’obligation du tri à la source est imposée à toutes les structures produisant plus de 10 tonnes par an. Ce seuil sera abaissé à 5 tonnes en 2023. Depuis 2019, les entreprises de plus de 20 salariés doivent également trier leurs papiers de bureau. Enfin, une taxe générale pour les activités polluantes est imposée aux entreprises qui :

  • stockent, incinèrent ou transfèrent des déchets dangereux ou non ;
  • livrent ou utilisent des lessives ou de la roche concassée.

​​​​​​Pour répondre aux enjeux RSE

Si la finalité première de l’objectif zéro déchet est la protection de la nature, de plus en plus d’entreprises intègrent ce principe dans leur démarche RSE. Mettre en place cette stratégie de réduction rend, en effet, l’entreprise actrice de la protection de l’environnement.

La démarche permet également d’améliorer la performance économique de l’entreprise. La gestion des déchets coûte cher, ne serait-ce qu’au regard du temps passé à trier et à éliminer les déchets. L’entreprise doit aussi acquérir du matériel spécifique pour le transport ou le stockage des déchets.

Les enjeux du RSE en entreprise

Une politique ambitieuse de réduction des déchets valorise l’image de l’entreprise auprès des collaborateurs et clients. L’étude du cabinet Denjean et Associés et Goudlink de février 2018 a révélé que 90 % des consommateurs apprécient davantage les entreprises qui ont une politique RSE de qualité. Par ailleurs, 55 % des collaborateurs considèrent que l’engagement social ou environnemental de leur entreprise est plus important que le salaire. Cette proportion monte à 76 % chez les Millenials (étude Cone Communication, CSR Study 2017) (2).

​​​​​​​Comment mettre en place une stratégie zéro déchet en entreprise ?

Les sociétés peuvent inciter tous les collaborateurs à adopter une stratégie de réduction des déchets. Il s’agit d’une démarche à la fois collective et individuelle.

Éviter la production des déchets

D’abord, il faut éviter la production des déchets en optimisant les achats, car le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas. Pour ce faire, l’entreprise peut équiper ses locaux en vaisselle réutilisable, afin d’éviter l’utilisation d’emballages jetables.

Les cafétérias et les espaces de pause peuvent aussi être concernés, en nouant un partenariat avec NoWW (no waste in my world), par exemple. Cette structure favorise la consigne clé en main dans la vente alimentaire en gérant des emballages réutilisables (3). Lors des réunions, les bouteilles en plastique sont remplacées par des carafes d’eau, les gobelets par des récipients en verre ou en plastique réutilisable.

Lutter contre le gaspillage

Pour ce faire, l’entreprise peut favoriser l’utilisation des conditionnements en grandes quantités pour le café, le thé et autres boissons. Les fournitures de bureau (agrafes, trombones, papier…) peuvent aussi désormais s’acheter en vrac auprès des grossistes. C’est à la fois écologique et plus économique. Certains distributeurs automatiques détectent la présence d’une tasse et ne délivrent pas de gobelet : dans ce cas, le prix de la boisson est moins élevé pour le consommateur.

La consommation de papier est importante dans le domaine professionnel. Selon l’Ademe, un salarié de bureau produit environ 130 kg de déchets par an sur son lieu de travail (1). Il est d’abord possible d’inciter les collaborateurs à limiter leurs impressions au strict nécessaire et à réutiliser le verso vierge des feuilles (démarche individuelle). L’entreprise peut, en plus, mettre en place des logiciels de gestion d’impression permettant de paramétrer les imprimantes en recto verso ou en mode brouillon par défaut (démarche collective).

Favoriser le recyclage

L’entreprise peut, par exemple, privilégier l’achat de matériel et de mobilier d’occasion. Lorsqu’elle renouvelle ses équipements, elle peut orienter ceux qui ne sont pas conservés vers les filières de réemploi. L’utilisation d’outils comme e-dechet (4) permet d’optimiser la gestion des déchets électroniques et informatiques. Cet éco-organisme agréé par l’État gère les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Il se charge de toutes les étapes, depuis l’enlèvement jusqu’au recyclage, en passant par la logistique et la dépollution, tout en assurant la traçabilité et la qualité.

L’entreprise peut inciter les collaborateurs au compostage des matières organiques et au tri dans les salles de pause et restaurant d’entreprise. Pour ceux qui déjeunent à l’extérieur, le support plastique de la carte Ticket Restaurant est recyclable (il suffit de la retourner à Edenred). De plus, sa validité est de 4 ans (contre 3 ans pour la plupart des autres cartes). Mieux, la carte est utilisable de manière dématérialisée, à partir d’un smartphone ou d’une montre connectée avec une application de paiement mobile.

Cependant, il faut garder à l’esprit que le recyclage n’est pas suffisant pour réduire les déchets, car tous les matériaux ne sont pas recyclables, comme les batteries d’appareils électroniques, les cartouches d’impression ou les huiles usagées.

La gestion des déchets est une composante importante de la stratégie RSE de votre entreprise. Mais elle ne doit pas se réduire à traiter l’enlèvement et l’élimination des déchets produits par l’entreprise. Pour qu’elle soit véritablement RSE, il est essentiel de développer au travail les mêmes réflexes qu’à domicile, que ce soit en matière de recyclage, de zéro déchet ou d’antigaspillage.

  1. https://www.zerowastefrance.org/passer-a-laction/mobiliser-entreprise/
  2. https://vendee-lessentielvientducoeur.fr/wp-content/uploads/2021/05/PPT-REUNION-RSE-20-05-21.pdf
  3. https://noww.fr/
  4. https://www.e-dechet.com/ecologic-recyclage/eco-organisme-recyclage-deee