RSE

Qu’est-ce que le programme de labellisation « Objectif employeurs pro-vélo » ?

Le programme de labellisation « objectif employeur pro-vélo » vise à favoriser l’utilisation du vélo pour le trajet domicile-travail ou les déplacements professionnels.
#Plan vélo entreprise #Frais de déplacement #Vélo électrique
17 mai 2021
labellisation-pro-velo

Afin d’encourager la pratique du vélo, le ministère de la Transition écologique soutient la filière vélo en France. Les entreprises peuvent s’engager, à leur tour, pour dynamiser cette pratique douce et propre de déplacement. Le vélo facilite le commerce, les emplois de proximité et une nouvelle filière industrielle. Cette dernière crée des emplois, partout en France, utiles aux déplacements de vos salariés et agents. De plus en plus de services sont proposés autour du deux-roues pour se rendre au travail, grâce au soutien du ministère de la Transition écologique. (1) 

Pourquoi un nouveau label ?  

L’initiative « Objectif employeur pro-vélo » vise à inciter les employeurs à proposer des équipements et services vélo conformes à un référentiel employeur pro-vélo en cours de finalisation. Ce dernier est élaboré par la FUB (Fédération française des usagers de la bicyclette) et l’Ademe avec le soutien de nombreux partenaires institutionnels et professionnels.  

Le programme Objectif Employeur Pro-Vélo (OEPV) fait suite au succès du Coup de Pouce vélo lancé par le gouvernement le 11 mai 2020 en pleine crise sanitaire. Cette initiative visait à favoriser le vélo comme mode de déplacement quotidien. Il s’intègre au dispositif du programme Alvéole porté en partenariat par la FUB et ROZO (société de conseil en performance énergétique). L’objectif de cette opération est de rendre le vélo accessible à chaque Français. Mission accomplie : en novembre, la barre symbolique du million de réparations a été atteinte. Le ministère de la Transition écologique a donc annoncé sa reconduction jusqu’au 31 mars 2021. 

Lancé en avril 2021, le programme OEPV s’inscrit dans la même optique de favoriser l’usage du vélo, mais en s’inscrivant cette fois sur le long terme. Ici, il s’agit de le valoriser comme mode de déplacement pour les trajets domicile-travail. Actuellement, seulement 500 000 salariés utilisent la bicyclette pour se rendre au travail, sur 27 millions de travailleurs, soit 2 % (2). Le programme est financé par le dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE) mis en place en 2005 par la loi d’orientations de la politique énergétique. 

Quels sont les objectifs de ce programme ?  

Les objectifs de ce programme sont les suivants : 

  • labelliser au moins 4 500 employeurs Pro-Vélo d’ici le 31 décembre 2023 ; 

  • cofinancer au moins 25 000 places de stationnement sécurisé pour les vélos des salariés ; 

  • sensibiliser et accompagner 563 000 salariés. (2) 

Pour ce faire, le label encourage les employeurs à favoriser l’usage du vélo par leurs salariés, mais aussi clients, publics et fournisseurs. Cela passe par exemple par la mise en œuvre de vélos de service ou de fonction, pour remplacer les voitures ou l’aménagement de stationnements spécifiques. L’employeur peut aussi proposer des services comme la réparation des vélos. Enfin, il peut mettre en place un programme de formation ou de sensibilisation, par exemple sur la sécurité routière, l’entretien ou la réparation d’un vélo. Pour motiver ses salariés, il pourra organiser des challenges (service ou collaborateur utilisant le plus souvent les vélos de fonction, salarié comptabilisant le plus de kilomètres à vélo, pourcentage d’utilisation du vélo de service...). 

Le programme a mis en place des outils pour aider les entreprises à agir : 

  • un référentiel « employeur pro-vélo » provisoire ; 

  • une fiche « sensibilisation à la mobilité vélo » ; 

  • une fiche « favoriser la pratique de vos collaborateurs ». 

Pour recevoir le label, valable 3 ans, un audit sera mené par une association du réseau FUB auprès de l’employeur. Cet audit évaluera notamment : 

  • la stratégie du plan vélo mise en place par l’entreprise ; 

  • les services proposés aux salariés ; 

  • la qualité des stationnements et des équipements annexes (par exemple, un vestiaire pour ranger son casque ou un vêtement de pluie). 

Trois niveaux de label sont définis et attribués en fonction du nombre de critères remplis par l’employeur : 

  • le niveau bronze désigne un employeur engagé avec 6 critères obligatoires et 2 facultatifs ; 

  • le niveau argent à un employeur avancé avec 22 critères obligatoires et 3 facultatifs ; 

  • le niveau or récompense un employeur confirmé qui remplit 30 critères et 5 facultatifs. 

En quoi l’Objectif employeurs pro-vélo va-t-il changer la vie de vos salariés ? 

Un marché en plein essor qui rejaillit sur tout un écosystème 

Le programme OEPV s’adresse d’abord aux employeurs pour inciter les salariés à utiliser un vélo pour se rendre au travail ou même pour leurs déplacements professionnels. À travers cette initiative, c’est tout un écosystème qui est concerné. En effet, les collaborateurs vont avoir besoin d’équiper et de réparer facilement leur bicyclette, mais aussi d’emprunter des pistes cyclables qu’il faudra aménager. 

Le développement d’ateliers de réparation de vélos va permettre notamment de revitaliser les centres-villes et de soutenir la filière vélo française. L’année 2020 a en effet été exceptionnelle selon l’Union Sport & Cycle pour l’ensemble de la filière. Près de 2,7 millions de cycles ont été vendus en France (+1,7 %), dont 514 672 vélos électriques, ce qui représente 29 % du marché. Le chiffre d’affaires a progressé de 25 % en 2020, pour atteindre 3 milliards d’euros (3). 

La filière vélo va en outre pouvoir se professionnaliser autour de thématiques connexes :  

  • le conseil en management de la mobilité ; 

  • des formations dans les villes et dans les entreprises ; 

  • l’e-learning ; 

  • les réparations ; 

  • la création et l’aménagement d’emplacements vélos dans les villes et dans les entreprises. 

Les services Edenred autour du deux-roues 

Le premier frein à l’équipement pour les salariés est l’achat du vélo, notamment s’il s’agit d’un modèle électrique. Ticket Mobilité permet d’aider le collaborateur à financer son vélo, à hauteur de 500 €. Ce nouveau service digital est le « Ticket Restaurant du trajet domicile-travail ».  

Il permet aux salariés de bénéficier simplement de la prise en charge par l’employeur des frais de déplacement sur leur trajet domicile-travail. La solution Ticket Mobilité est un compte 100 % digital, accompagné d’une carte de paiement et d’une application mobile. Ce moyen de paiement permet à vos collaborateurs de régler de nombreuses dépenses liées à la mobilité : 

  • frais de carburant électrique et thermique ; 

  • location de vélo électrique ou classique ; 

  • frais de covoiturage ou d’autopartage ; 

  • achat d’un vélo électrique ou classique. 

Les administrations et les entreprises ont tout intérêt à promouvoir le vélo. Elles seront soutenues par les collectivités qui peuvent se tourner vers le programme Alvéole (4) pour financer des abris et des supports d’attache. Le programme Alvéole, financé par le ministère de la Transition écologique, se termine à la fin de l’année 2021. 

 

Sources :  

(1) https://www.ecologie.gouv.fr/ministere-transition-ecologique-consolide-soutien-pratique-du-velo  

(2) Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) : https://www.fub.fr/ 

(3) https://www.bfmtv.com/economie/2020-une-annee-exceptionnelle-avec-2-7-millions-de-velos-vendus-en-france_AN-202104080304.html#:~:text=Economie-,2020%2C%20une%20ann%C3%A9e%20exceptionnelle%20avec%202%2C7%20millions,de%20v%C3%A9los%20vendus%20en%20France&text=Entre%20la%20pand%C3%A9mie%2C%20les%20aides,%C3%A0%203%20milliards%20d'euros

(4)  https://programme-alveole.com