Ecrit par Alain Lamour • Le 10/03/2016

L’espace de travail, un facteur clé de l'engagement

La France arrive dernière du classement mondial de l'engagement au travail, dressé à partir d'une étude Steelcase – Ipsos menée dans 17 pays auprès de 12 480 employés d’organisations de plus de 100 salariés. L’espace de travail tiendrait une place importante dans cette contre-performance.

Avantages salariés . Bien-être salarié. Organisation

La France arrive dernière du classement mondial de l'engagement au travail, dressé à partir d'une étude Steelcase – Ipsos menée dans 17 pays auprès de 12 480 employés d’organisations de plus de 100 salariés. L’espace de travail tiendrait une place importante dans cette contre-performance.

54 % de collaborateurs désengagés en France contre 37 % dans le monde. 5 % de collaborateurs engagés et satisfaits de leur environnement de travail en France, contre 13 % en moyenne mondiale. Qui a parlé de désenchantement ?

Corrélation entre satisfaction vis-à-vis de l'espace et engagement

L'enquête se concentre sur l'espace de travail comme facteur d'engagement des collaborateurs. Elle démontre qu'une satisfaction élevée vis-à-vis de l'espace est corrélée à un fort engagement. Les plus engagés bénéficient d’un plus grand degré de contrôle sur leur lieu et leur méthode de travail : « Ils peuvent choisir où et comment travailler, et gérer leurs besoins d'intimité pour se concentrer ou travailler en équipe sans interruption », explique Donna Flynn, directrice du groupe de recherche Steelcase WorkSpace Futures.

Des modes de travail encore trop traditionnels

La lanterne rouge des Français traduirait ainsi le manque de choix dans leur environnement de travail et le peu de diversité des espaces. En effet, ils ne sont que 37 % à pouvoir choisir où travailler dans l'entreprise en fonction de la tâche à accomplir, contre 88 % pour les collaborateurs fortement engagés dans d'autres pays.
La France apparaît comme très traditionnelle dans ses modes de travail : 69 % des sondés travaillent en bureaux privatifs (individuels ou partagés), 24 % en open space, et l'on compte seulement 12 % de postes nomades ou de bureaux non attribués.
Pas étonnant donc que les équipements fixes dominent : 81 % d’ordinateurs fixes et 89 % de téléphones fixes, et seulement 38 % de téléphones ou ordinateurs portables, et 13 % de tablettes.

L'importance du contexte culturel

Enfin, l'étude souligne que le contexte culturel pourrait jouer un rôle dans le degré de satisfaction vis-à-vis de l'espace et donc de l'engagement au travail. En effet, elle constate que les plus engagés se situent dans les pays émergents, et les moins engagés dans les pays développés.

Vous pouvez télécharger le rapport ici : l’étude IPSOS-Steelcase