vetements-connectes

Ecrit par Romane • Le 12/09/2017

Vers des vêtements de travail connectés ?

Des tenues de sport qui vous avertissent si vous risquez la crise cardiaque aux vestes chauffantes réglables par smartphone, les vêtements connectés font preuve d’ingéniosité. Leurs applications se révèlent particulièrement intéressantes pour les habits professionnels.

Gestion de l'entreprise . Vêtements de travail connectés. Vêtements professionnels connectés

Des tenues de sport qui vous avertissent si vous risquez la crise cardiaque aux vestes chauffantes réglables par smartphone, les vêtements connectés font preuve d’ingéniosité. Leurs applications se révèlent particulièrement intéressantes pour les habits professionnels.

Les vêtements peuvent maintenant être équipés de capteurs et communiquer par Bluetooth ou radio-identification (RFID) avec les smartphones. Ces capteurs permettent de réaliser des mesures corporelles ou de prévenir certains risques liés à l’environnement de travail.

Le vêtement connecté, source de sécurité et outil de prévention

La start-up lyonnaise Cityzen Sciences a inventé le D-Shirt, un maillot de corps intelligent, porté depuis 2015 par les rugbymen de l'équipe nationale japonaise. Il est équipé de puces à peine plus grandes qu'une carte Sim qui permettent de relever les données physiologiques du porteur : fréquence cardiaque, température corporelle… .

L’entreprise Kiplay a conçu une parka haute visibilité, imperméable, chauffante et connectée en bluetooth. Elle est équipée de LED et de patches chauffants pilotés par smartphone. La carte électronique permet de savoir à tout moment où se trouvent les membres d’une équipe. Si l’un d’eux est au sol et inanimé, une alarme avertit le chef d’équipe et lui fournit la position GPS du salarié en détresse.

Ces produits sont pour l'instant équipés de puces, mais les fabricants travaillent désormais sur un tissu dont les capteurs seront situés au cœur de la fibre.

Des capteurs embarqués au e-textile

Les nouveaux textiles contiennent des fibres conductrices ou aux capteurs insérés dans le tissage. Comme avec un capteur classique, l’information est ensuite envoyée à un dispositif externe qui analyse l’information.

Le chimiste Arkema a mis au point un tri-composant qui peut être tricoté, teint et lavé à la machine, comme n'importe quel tissu. Mulliez-Flory, spécialiste du vêtement de travail, a conçu avec ce “e-textile” des vêtements destinés aux pompiers. Équipés de diodes électroluminescentes automatiquement rechargées par les mouvements de leurs utilisateurs, ces vêtements intéresseront les autres professions qui ont besoin d'être visibles, comme les ouvriers de chantiers.

La nécessité d’un entretien adapté

Encore à l’état embryonnaire, le marché des textiles intelligents va devoir résoudre le défi de la durabilité du vêtement, et en particulier le maintien de son étanchéité. La question de l’entretien et du nettoyage du tissu se pose particulièrement lorsque capteurs et câbles sont intégrés au vêtement.

Nul doute qu’un entretien réalisé par des professionnels comme les artisans pressings affiliés du réseau Ticket Clean Way permettra d’assurer la longévité de ces vêtements connectés.