entretien-menager-vetements-professionnels

Ecrit par Romane • Le 12/11/2017

Pourquoi bannir l’entretien ménager des vêtements professionnels ?

Pour véhiculer l’image de marque de leur entreprise ou pour se protéger, ils seraient près de 8 millions de français à porter une tenue professionnelle dans leur travail. Les frais de nettoyage de ces uniformes sont à la charge de l’employeur.

Gestion de l'entreprise . Entretien vêtements professionnels. Vêtements de travail

Pour véhiculer l’image de marque de leur entreprise ou pour se protéger, ils seraient près de 8 millions de français à porter une tenue professionnelle dans leur travail. Les frais de nettoyage de ces uniformes sont à la charge de l’employeur. Pourtant, de nombreuses entreprises ne fournissent pas de solution à leurs salariés qui sont contraints d’utiliser leur lave-linge … une très mauvaise idée !

Un risque pour la sécurité du salarié et de sa famille

A l’opposé des vêtements d’image (uniformes des hôtesses, des vendeurs dans certains magasins), les vêtements de protection - dits Équipements de protection individuelle ou EPI - bénéficient de normes spécifiques, car ils assurent la sécurité des porteurs.

Le non-respect des conditions de lavage imposées par le fabricant peut détériorer le vêtement, qui ne répondra plus aux normes de sécurité exigées. Les bandes réfléchissantes, par exemple, peuvent perdre leur caractère réfléchissant au fil des lavages. Le nettoyage de ces vêtements dans le lave-linge familial est donc à proscrire.

L’entretien ménager de certains vêtements de travail peut également abîmer les machines, voire contaminer les vêtements de la famille. C’est par exemple le cas des combinaisons de protection contre des produits chimiques ou autres vêtements en contact avec des substances nocives.

La contrainte de traçabilité

Les EPI font l’objet d’une contrainte réglementaire renforcée de traçabilité de leurs lavages. Le fabricant indique un nombre maximum de nettoyages à ne pas dépasser pour que le vêtement conserve ses propriétés techniques de protection. Par exemple, la norme européenne en vigueur, EN 471, fixe des exigences minimales concernant les matériaux fluorescents et leurs propriétés optiques.

En cas de contrôle, l’employeur doit fournir un registre tenu à jour faisant état du nombre de nettoyages effectués sur chaque vêtement (directive européenne CE/89/656 et arrêté du 22.10.09). C’est pourquoi de nombreuses entreprises font appel à des sociétés de location-entretien de linge ou bien fournissent à leurs salariés la carte EPI de Ticket Clean Way®. Cette carte à puce, acceptée dans 1 400 pressings en France, permet un suivi de l’entretien des vêtements professionnels des salariés. L’entreprise cliente peut ainsi s’assurer du respect du nombre maximal de lavages autorisés et des consignes d’entretien (température de lavage, de séchage, et produits lessiviels adaptés). L’employeur peut suivre en temps réel via un extranet les vêtements qui ont été nettoyés, ceux qui ne le sont pas encore, si certains approchent de leur fin de vie et si un réapprovisionnement doit être engagé. Une solution très souple, idéale pour les entreprises qui ont des salariés nomades.