favoriser-intelligence-collective-augmenter-bien-etre-travail

Ecrit par • Le 02/10/2020

Favoriser l’intelligence collective pour augmenter le bien-être au travail

L’intelligence collective suppose une nouvelle manière de manager en favorisant la confiance et la bienveillance. C'est un levier puissant pour améliorer la qualité de vie de ses salariés.

Gestion de l'entreprise . ticket restaurant. Qualité de vie au travail. Bien-être salarié. Intelligence collective

L’intelligence collective, ou mise en commun des compétences de chacun des collaborateurs, suppose une nouvelle manière de manager, favorisant la confiance et la bienveillance. Or, ce management répond aux attentes des salariés en matière de bien-être au travail, en prônant les relations entre collègues ou le sentiment d’utilité sociale. Favoriser l’intelligence collective est un levier puissant pour améliorer la qualité de vie de ses salariés.

Recréer de la convivialité dans les espaces de travail

L’essor des technologies de communication numérique a facilité les échanges, le travail et la collaboration à distance. Les espaces de travail se sont ainsi dématérialisés et deviennent de plus en plus virtuels. S’ils permettent aux collaborateurs d’être plus efficaces et productifs, le télétravail ou le travail à distance entraînent un risque d’isolement et la perte des liens entre les salariés.

Pour y remédier, l’employeur peut favoriser l’organisation de moments de convivialité entre ses collaborateurs. Grâce à Ticket Restaurant, par exemple, les collègues peuvent se retrouver pour la pause déjeuner. L’application mobile My Edenred permet de réserver un restaurant disponible à proximité et l’option « Déjeuner entre collègues » de trouver des personnes souhaitant partager leur repas. 

Faire du sport au travail est également une excellente manière de maintenir le lien entre collègues. De plus, l’activité sportive peut faire gagner 14 % de rentabilité nette aux employés selon une étude de l’institut Goodwill Management sur l’impact économique de l’activité physique et sportive (1). La pratique individuelle partagée entre collègues peut être organisée sur les temps de pause ou après le travail. Pour favoriser la cohésion des équipes, des activités sportives collectives sur le mode du team building sont aussi une bonne manière de recréer de la convivialité.

Favoriser les temps de rencontre entre salariés

L’intelligence collective suppose que les salariés puissent échanger. Pour favoriser cette transversalité, le partage de l’espace de travail est une bonne solution. Le système du flex office permet, par exemple, de faire se côtoyer des équipes, des compétences, mais aussi des générations différentes. Résultat : un décloisonnement qui entraîne des échanges informels, mais également plus de motivation. Ces derniers peuvent même déboucher sur des projets interservices.

Plus formelles, les réunions de créativité ou de réflexion de type brainstorming sont aussi l’occasion de partager des moments collectifs. Ces temps réunissent collaborateurs et managers autour de thématiques communes. Aujourd’hui, la stratégie et les prises de décision concernant l’avenir ne se font plus seulement dans les directions, mais en associant de plus en plus les collaborateurs. Faire coopérer les équipes à la construction d’un projet permet d’y faire adhérer plus facilement les salariés.

Exploiter les aspirations personnelles des collaborateurs est aussi un levier intéressant pour susciter des rencontres et des échanges entre les salariés. Certaines entreprises ont lancé des bourses internes destinées à soutenir des actions individuelles. Sur le modèle du crowdfunding, chacun peut participer au financement d’un projet personnel porté par un collègue. Ces campagnes, à la frontière de la sphère privée, permettent aussi de décloisonner les équipes en favorisant l’échange autour d’intérêts communs non professionnels.

La transformation numérique comme support de l’intelligence collective

L’intelligence collective se base sur la mise en commun des compétences et des informations. Pour ce faire, l’interaction entre les membres du groupe est indispensable et doit être la plus instantanée possible. Les plateformes collaboratives de type réseau social d’entreprise (comme Slack) fluidifient les échanges, le partage d’informations et de documents. Les logiciels partagés permettent aussi de rédiger à plusieurs un même document, sans avoir besoin d’être ensemble ni de le faire en même temps.

Cette facilité optimise le temps de travail de chaque collaborateur. Le nombre de réunions diminue sans pour autant disparaître : on ne conserve que les indispensables et elles gagnent en efficacité.

L’intelligence collective ne peut fonctionner que si chacun apprend à travailler en complémentarité avec autrui. Il ne suffit de mettre en place des outils de transformation numérique pour créer de l’intelligence collective, car elle nécessite aussi un changement de vision. En replaçant au centre de son fonctionnement chaque collaborateur, elle questionne en effet toute l’organisation interne et jusqu’au management. 

L’essor du télétravail a montré, aux salariés comme aux dirigeants, la force du collectif et le besoin de se réunir pour travailler efficacement. Aujourd’hui, l’entreprise peut s’appuyer sur l’intelligence collective de ses propres collaborateurs pour résoudre des problèmes complexes ou avancer un projet stratégique, sans faire forcément appel à une expertise extérieure.

Sources

  1. http://www.bienetretravail.fr/