Ecrit par Loizaïck • Le 12/06/2020

Valserhône, une dématérialisation qui « embarque » aussi les commerçants

Créée le 1er janvier 2019, la commune nouvelle de Valserhône dans l’Ain a rapidement choisi de doter ses agents de la carte Ticket Restaurant®. Un projet mené tambour battant, et sans difficultés particulières. A tel point qu’il a surtout fallu renforcer l’accompagnement des commerçants locaux, dans leur transition rapide vers le nouveau titre de paiement.

Ressources Humaines . Management. ticket restaurant. dematerialisation

Un non évènement… Brigitte Tournier, DRH de la commune nouvelle de Valserhône (01), qui rassemble la ville de Bellegarde-sur-Valserine, et les communes de Châtillon-en-Michaille et Lancrans depuis le 1er janvier 2019, a beau chercher : elle n’a pas d’éléments saillants à mettre en avant lors du passage à la carte Ticket Restaurant ® en 2018 et alors que se mettait en place la nouvelle organisation appelée à prendre le relais des trois collectivités. « Il faut dire que nous avions tellement de dossiers à traiter avec cette fusion » précise-t-elle.

Pourtant, 410 agents environ sont concernés, dont 380 sur la commune nouvelle et les autres sur la Communauté de Communes du Pays Bellegardien. Mais les élus comme la DRH sont bien décidés à aller vite. « Nous avions même pensé passer sans transition au titre dématérialisé, pour la totalité des titres acquis et sans possibilité de retour vers le papier ».
Le commercial en charge du dossier chez Edenred leur conseille malgré tout de temporiser. Il leur propose une approche en deux étapes, ne serait-ce que pour sécuriser la transition sans pour autant ouvrir la porte à d’éventuels retards ou débats internes. « Il n’y a eu en fait, aucune réticence de la part des partenaires sociaux, auxquels nous avons présenté le projet en comité technique ».
La collectivité instaure donc deux périodes. La première dure six mois, d’avril à octobre 2018. Pendant cette période, les agents ont la possibilité de mixer les titres papiers et les titres dématérialisés, ces derniers devant représenter au moins 50% du total. « Les agents précisaient leur nombre sur leur espace personnel Myedenred, et les titres commandés étaient directement crédités sur leur carte. Cette partie de la commande n’occasionnait donc aucune charge de travail supplémentaire pour la DRH, ce qui a permis à la période de test de se dérouler sereinement » se remémore Brigitte Tournier.

A partir d’octobre 2018, la carte Ticket Restaurant® devient le seul titre-restaurant disponible et le papier disparait. D’ailleurs, tous les nouveaux collaborateurs des deux collectivités ne se voient plus proposer que cette solution. A la DRH, la collaboratrice anciennement en charge de la distribution des titres papier est satisfaite : « c’est pratique pour les agents qui n’ont plus à se déplacer jusqu’au service tous les mois pour récupérer leurs carnets ».

Brigitte Tournier complète : « Il n’y a vraiment eu aucune difficulté sur ce processus. Peut-être aurions-nous pu aller plus vite mais dans ce cas, les commerçants qui accueillaient nos collaborateurs auraient sans doute eu plus de difficultés à s’équiper dans les temps avec des terminaux de paiement adaptés à la carte ».

Car c’est bien de ce côté qu’il faudrait chercher les éventuelles – et petites – réticences. « Edenred nous a alerté sur la période d’adaptation qui serait vraisemblablement nécessaire à une partie des commerçants pour accepter le nouveau mode de paiement ». La prédiction s’est avérée exacte et l’émetteur de la carte Ticket Restaurant® a su utiliser ce laps de temps pour communiquer sur les atouts de sa solution et la simplicité technique de l’étape de mise à jour de leurs terminaux.

Il faut dire que comme dans nombre de communes françaises, la collectivité représente l’un des principaux employeurs du territoire. Difficile dès lors de se priver d’une belle opportunité de fidéliser une telle partie de sa clientèle. Les rares refus de la carte n’ont donc pas duré longtemps.

« Ils ont été gérés directement par Edenred, souligne Brigitte Tournier. Finalement, ce passage au titre-restaurant dématérialisé n’aura pas occasionné une grosse charge de travail de notre côté, et les bénéfices sur le plan de l’organisation sont conséquents avec la disparition de toute la phase de distribution des anciens carnets ». Des réussites comme il s’en produira sans doute de plus en plus souvent, lorsque les administrations se seront aguerries à conduire le changement lors de leurs projets de dématérialisation.